Sainte Hélène d’Hourtin, à qui l’église fût consacrée, était un personnage curieux et don la vie pourrait faire l’objet d’un roman.

Fille de domestique et servante à l’auberge, elle fût choisie comme seconde épouse par Constance Chlore, centurion romain et futur empereur vingt ans plus tard. Il la répudia pour épouser une princesse Byzantine lui assurant un exil doré avec son fils. Ce dernier, porté au trône impérial de Rome par ses légions sous le nom de Constantin 1er le grand combla sa mère d’honneurs. Monnaie à son effigie, superbe palais et la coiffe du diadème Impérial.

A quatre-vingt ans, elle entreprit un voyage en Palestine ou elle lança la construction de trois basiliques pour protéger les lieux saints. Constantin fût construire un mausolée à Rome sur la voie Lavicane pour sa mère qui mourut sur le chemin du retour. Le Mausolée d’Hélène, plus tard connu sous le nom Tor Pignattara est un monument funéraire construit entre 326 et 330 par Constantin 1er, initialement pour lui-même, mais plus tard attribué à sa mère, morte en 328.

Ses reliques sont au Vatican dans un sarcophage de porphyre.

Pour autant Hourtin fête traditionnellement Saint Joseph.

L’église Sainte Hélène d’Hourtin a deux chapelles latérales : l’une pour la Vierge et l’autre à Joseph.

Pour en savoir plus sur l’église Sainte Hélène consultez notre article sur le sujet